Médicaments vétérinaires

L’industrie du médicament vétérinaire est spécifique au sens où pour chaque espèce animale un dossier particulier de demande d’autorisation de mise sur le marché doit être constitué.

Le marché des médicaments vétérinaires est complexe, en raison de la variété des espèces (46% d’animaux de compagnie, 50% d’animaux de production et 4% d’équins). Néanmoins, le marché français de médicaments vétérinaires est le premier marché européen de santé animale et le deuxième mondial, avec un chiffre d’affaire de 1195 millions d’euros en 2016.

Des raisons historiques d’une part, notamment la tradition pastorienne, et économiques d’autre part, notamment liées à l’importance des effectifs sur le territoire français, ont contribué à faire de ce secteur de l’industrie des produits de santé un secteur stratégique et renommée pour sa qualité. D’ailleurs, chaque année, 10 à 12% du chiffre d’affaire du secteur sont à la R&D,

Les enjeux de ce secteur sont nombreux. Il s’agit d’abord d’un enjeu de santé publique. 66% des maladies chez l’homme sont d’origine animale. En contribuant à prévenir les maladies animales infectieuses ou parasitaires, les médicaments vétérinaires stoppent leur cycle de développement avant qu’elles n’atteignent. Ils participent ainsi à la sécurité sanitaire humaine et animale.

Ensuite, il s’agit d’un enjeu de santé et de bien-être de l’animal.

Un animal de compagnie en bonne santé contribue à l’équilibre affectif et psychologique d’une partie non négligeable de Français, notamment les plus fragiles.

Le bien-être et la santé des animaux sont des préoccupations majeures des éleveurs avec un recours aux médicaments de prévention ou de traitement sous la prescription exclusive de vétérinaires.

Il s’agit enfin d’un enjeu de sécurité et de sureté alimentaire. Nous consommons régulièrement des denrées d’origine animale (lait, œuf, viande, poisson…) qui doivent être produits par des animaux sains et en quantité suffisante pour répondre aux attentes du consommateur.

Les médicaments vétérinaires préviennent et protègent contre les maladies animales, lesquelles mettent à mal la compétitivité de l’élevage et la sécurisation de la filière agro-alimentaire.

Les médicaments vétérinaires produits et utilisés respectent l’environnement : une partie consacrée à l’« évaluation des risques pour l’environnement » est prévue dans la délivrance de l’AMM.

Une cinquantaine d’entreprises réparties sur le territoire national représentent 6600 emplois notamment dans les domaines de la recherche et développement, la production ou encore la commercialisation des médicaments vétérinaires

Pour en savoir plus, consulter le site du SIMV : www.simv.org