Fiche diplôme

BTS contrôle industriel et régulation automatique

Spécialiste des procédés automatisés mis en oeuvre dans les industries de production en continu (chimie, pétrochimie, métallurgie, agroalimentaire, papeterie et autres), le technicien supérieur en CIRA est capable de réaliser des installations automatisées ou de superviser leur fonctionnement dans les industries de process. Il peut exercer de multiples fonctions, des études à la maintenance en passant par les contrôles, les essais, l’assistance technique ou l’animation des équipes d’exploitation.

Exemple(s) de métier(s)

Pendant la phase des études, le technicien supérieur CIRA conçoit la partie contrôle-commande d’une installation industrielle. Après analyse du processus de production, il définit les solutions d’automatisation, effectue les calculs de dimensionnement, choisit les matériels dans le catalogue des constructeurs, réalise schémas et programmes. Il peut être chargé des contrôles, des essais ou de l’installation. Il procède alors en laboratoire à l’étalonnage des appareils de mesure et de commande. Il supervise le montage des équipements. Il effectue les réglages sur site. Il fixe les procédures d’essais à respecter. Responsable de la maintenance, il établit les méthodes d’intervention, établit le planning des travaux d’entretien ou de réparation, assure la maintenance d’équipements complexes.

Ce professionnel peut également prendre en charge la mise en oeuvre et la conduite d’une installation ainsi que l’assistance technique et l’animation des équipes d’exploitation ou de maintenance.

En plus des enseignements généraux (français ; langue vivante : anglais ; mathématiques ; sciences physiques : chimie et physique industrielles ainsi que physique appliquée), la formation comporte les enseignements professionnels suivants :

  • instrumentation (5 heures hebdomadaires la 1re année, 4 heures hebdomadaires la 2e année)
  • régulation (4 heures hebdomadaires la 1re année, 6 heures hebdomadaires la 2e année)
  • automatismes et logique (3 heures 30 minutes hebdomadaires la 1re année, 5 heures hebdomadaires la 2e année)

Sous statut scolaire, l’élève est en stage en entreprise pendant 12 semaines entre la 1re et la 2e année. Ce stage complète la connaissance portant sur les procédés industriels de transformation de la matière. Dans le rapport de stage, le stagiaire décrit les activités réalisées : présentation du procédé et développements techniques. Il doit valider au moins trois des capacités suivantes : proposer un schéma de contrôle-commande ; choisir le matériel et le mettre en oeuvre ; établir et mettre en oeuvre un protocole (vérification, essais, intervention) ; vérifier une conformité ; prérégler et assurer le démarrage ; communiquer-informer ; prévenir-protéger.

Le BTS est un diplôme conçu pour une insertion professionnelle. Cependant avec un bon dossier ou une mention à l’examen, il est possible de poursuivre en licence mention électronique, électrotechnique, automatique ou sciences de l’ingénieur, en licence professionnelle dans le secteur de la maintenance des systèmes pluritechniques, de la production industrielle ou en classe préparatoire technologie industrielle post-bac + 2 (ATS) pour entrer en école d’ingénieur.

Les objectifs :

Ce BTS aborde tous les problèmes liés à l’automatisation des grands procédés de fabrication industrielle en continu.

En mathématique, le programme est appliqué à la régulation, à la dynamique des systèmes. Ces connaissances en mathématiques, en physiques mais aussi en automatismes, instrumentation et régulation lui apportent les capacités pour analyser et comprendre un procédé industriel, pour résoudre un problème concret. En sciences physiques, l’élève étudie la mécanique des fluides, la thermodynamique, les systèmes de mesure, les analyseurs, les échangeurs de chaleur…. La régulation qui met en jeu des automatismes continus, étudie la théorie dynamique des systèmes, les appareils qui maîtrisent et stabilisent cette dynamique. En travaux pratiques, l’élève conçoit, réalise et pilote des systèmes de contrôle de régulation. En instrumentation, il utilise les appareils existants, les techniques de mesure, de transmission. En automatisme et logique, il met en oeuvre des automates programmables industriels. Des connaissances actualisées de la réglementation, surtout dans le domaine de la sécurité, donnent au diplômé la compétence pour conseiller et intervenir sur des installations.

Les débouchés :

L’emploi se situe dans des industries de production en continu très diverses telles que l’agro-alimentaire, la chimie, la pétrochimie, la sidérurgie, la papeterie, la verrerie… mais aussi dans les sociétés qui installent les unités de production et chez les constructeurs de matériels de contrôle/commande. Le diplômé occupe des postes de conception, d’installation et mise en service, de maintenance.

Ministère de l'éducation nationale